– Après les attaques contre les services publics et la pluie de louanges sur leur engagement, le « projet de loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 », qui permet d’habiliter le gouvernement à légiférer par ordonnances pour remettre en cause durablement les droits des salariés.

– La question plus générale de la protection des personnels et salarié.e.s

– La question des droits syndicaux et de pouvoir exercer ses mandats syndicaux.

– La question des précaires et du traitement de la pauvreté

– La question de la fracture numérique et donc notamment celle de l’accessibilité à l’école.

– La question du respect des libertés publiques (« les mesures d’exception »)

Communiqué commun des URIF - mercredi 18 mars 2020